Collège au cinéma dans les Bouches-du-Rhône
Collège au cinéma dans les Bouches-du-Rhône

Formation du 14 avril 2014

9h Accueil

9h15 Présentation de la journée

9h30 – 11h15 Intervention de Caroline Archat Tatah

« De la découverte d’un film en salle de projection au travail réalisé dans les classes, d’énormes possibilités sont explorées par les partenaires du dispositif Collège au cinéma. Mais que se passe-t-il du côté des élèves ? Qu’apprennent-ils concrètement au contact des films et dans l’enchainement des activités scolaires autour du cinéma ? Quel lien font-ils entre ce qu’ils regardent avec l’école et leur pratique quotidienne de la vidéo ? A partir d’une recherche universitaire, l’exposé proposera une réflexion sur les enjeux et les conditions d’une action éducative qui favorise chez le plus grand nombre d’entre eux la figure d’un spectateur amateur, critique et émancipé. »

11h15-13h15 Projection La grande Illusion (1937, 1h54) de Jean Renoir

 

13h15-14h30 Pause déjeuner

 

14h30- 17h Intervention de Charlotte Garson

« Un film de guerre, mais loin du front et des tranchées : le plus grand succès de Renoir se concentre sur une chambrée d’hommes, un groupe de prisonniers de classes sociales différentes, qui au-delà du pittoresque, s’offre en microcosme. A la veille de la Deuxième Guerre mondiale, la « der des ders » n’apparaît que hors-champ, et l’attente domine dans un décor où il n’est plus question de se battre. Décor si dépourvu de femmes que la troisième partie du film semble en être née, comme par nécessité. Nous étudierons la façon dont la mise en scène et la direction d’acteurs associent  récit et galerie de portraits. La fluidité du style permet une modulation des tonalités, un passage du comique parfois troupier à l’émotion poignante, au bord du mélodrame. Nous nous demanderons aussi quel rôle joue le spectacle dans un lieu où vie réelle et représentation semblent avoir échangé leurs propriétés (les soldats allemands sont observés d’une fenêtre, comme au théâtre, tandis que le spectacle amateur des prisonniers est interrompu par l’annonce de villes reprises et tombées à la guerre) ?

Murs de la caserne-prison, épaisse enceinte de la forteresse, barrières entre les aristocrates anglophones et les autres… : partout, dans La Grande Illusion, les frontières prolifèrent. Partout Renoir voit une occasion de les rendre poreuses, de les brouiller, de montrer leur violence et leur complexité.

À travers des exemples précis et des extraits, on dégagera des pistes qui permettent de faire apprécier aux élèves la force comique, dramatique et plastique de La Grande Illusion, et d’analyser cette remise en cause des frontières. »


Caroline Archat Tatah est chargée de cours UFR Arts et Medias à l’Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle, chercheure associée à l’Institut de Recherche et d’Innovation au Centre Pompidou et auteur du livre Ce que fait l’école avec le cinéma, publié aux Presses Universitaires de Rennes en 2013.

Charlotte Garson est critique de cinéma (Cahiers du cinéma, revue Etudes, France Culture) et intervenante en salles et auprès d'enseignants. Elle est l’auteur des livrets Lycéens au cinéma sur Certains l’aiment chaud, Les Demoiselles de Rochefort, Adieu Philippine, French Cancan, Le Dictateur et Camille redouble, ainsi que des livres Jean Renoir (Le Monde/Cahiers du cinéma), Amoureux (Cinémathèque française/Actes sud Junior) et Le Cinéma hollywoodien (Cahiers du cinéma/CNDP).

 

 

Texte Charlotte Garson
Résumé de son intervention
GrandeIllusionINTERV_TEXTEDIFFUSE.doc
Document Microsoft Word [58.0 KB]

Actualités

Les inscriptions 2018-19 sont clôturées.

 

Prochaine date de formation : Jeudi 27 septembre 2018 au ciné 89 de Berre l'Etang.