Collège au cinéma dans les Bouches-du-Rhône
Collège au cinéma dans les Bouches-du-Rhône

Formation du 2 décembre 2013

9h Accueil

9h15 Présentation de la journée

9h30-10h15 Intervention de Pascale Michels, enseignante au collège Moustier de Gréasque.
Retour sur son expérience  du dispositif.

10h15-11h Présentation du dispositif par Cinémas du Sud

11h-12h30  Intervention de Pierre Gabaston qui abordera les trois films du programme des 4/3ème de cette année.
(Cf texte ci-dessous)

12h30 - 14h Pause déjeuner

14h – 17h Suite de l’intervention de  Pierre Gabaston

« J’essaie de tailler ma route sans emmerder personne » Ce credo d’abord nihiliste, illusoire et idéalisé de Tom Joad (Les Raisins de la colère), propre au héros américain, pourrait convenir aussi bien à Tomboy qu’à Marjane (Persepolis). Or tous les trois, bien vite, vont devoir compter avec les autres… qui entravent leur voie, contrecarrent l’idée qu’ils auraient voulu se faire d’eux-mêmes et du monde et les transforment. Une prise de conscience (Tomboy et Marjane se regardent dans un miroir, Tom Joad dans les yeux de sa mère) – une épreuve à passer – infléchit désormais le cours de leur vie dont le futur est laissé à l’imagination du spectateur. Joad, Marjane et Tomboy renouent avec leur famille, reviennent chez eux, retrouvent leur maison (par la pensée pour Marjane). Réelle ou imaginaire, qui n’a pas ou ne se donne pas une famille ? Depuis l’origine du cinéma la famille reste un thème puissant et indépassable.
Mais un récit, cinématographique du moins, n’est pas grand-chose (façon de parler) s’il n’est pas transmué par sa forme. C’est le style d’une mise en scène qui contient, révèle certainement le sens d’une œuvre. Aussi regarderons-nous de plus près des extraits de films. Travail plus approfondi concernant Les Raisins de la colère. À tout seigneur tout honneur, John Ford oblige. 
Gardons pour principe, restons légers, que trois leviers aident à l’interprétation d’un film. Trois réseaux qui sollicitent notre désir de suivre une histoire (désir d’intrigue, flatté ou pas), de trouver du sens à ce que nous voyons (vaste portée symbolique) et de croire à autre chose qu’à la simple impression de réalité, besoin de jouer avec l’ambivalence entre illusion (une idée de transparence du monde, de la technique) et désillusion (des déconvenues, des parasites s’en chargent). Ambivalence que ne manque pas de mettre en jeu un film, c’est déjà l’histoire de nos trois personnages principaux.


Pierre Gabaston
Professeur des écoles (en CLIS, classe spécialisée d’inclusion scolaire). Il est l’auteur de monographies (Pickpocket, La 317e section, Rio Bravo), de « Cahiers de notes sur… » pour le dispositif Ecole et cinéma (La Prisonnière du désert, Nanouk l’esquimau, Zéro de conduite, Les Aventures de Robin des Bois, Le petit fugitif), du livre pour adolescents Rebelles sur grand écran et en co-direction d’un livre collectif sur Jean-Pierre Melville. Il écrit aussi des articles pour la revue Trafic.

Actualités

Les inscriptions 2018-19 sont clôturées.

 

Prochaine date de formation : Jeudi 27 septembre 2018 au ciné 89 de Berre l'Etang.